Problematique

Gestion des effluents vinicoles : comment concilier production et sauvegarde de l'environnement ?

Du mois d’août au mois d’octobre en fonction des régions, c’est la saison des vendanges. Le processus de vinification (transformation du raisin en vin) nécessite de grandes quantités d’eau. Chaque étape consomme jusqu’à 250 litres d’eau pour un hectolitre de vin, charriant au passage des éléments perturbateurs pour l’environnement. Avec plus de 85 000 exploitations vinicoles en France, la gestion des effluents est un enjeu majeur pour la protection de l’environnement.

Quelle pollution ?

C’est une nuisance très saisonnière, la majeure partie des rejets se fait pendant la période des vendanges et peut s’étaler sur plusieurs mois en fonction du type de vinification. Elle est mesurée en DCO, la Demande Chimique en Oxygène. Cette mesure permet d’établir que la DCO moyenne pour les effluents est de 15 grammes par litre. En effet, les effluents viti-vinicoles sont fortement chargés en marc de raisins, bourbes et lies qu’il faut filtrer avant de traiter l’eau usée pour ne relâcher dans l’environnement que des éléments non agressifs et non concentrés.

La loi sur l’eau et réglementation viticole

La réglementation varie en fonction de la taille de l’exploitation et du volume produit. Les exploitations qui produisent moins de 500 hectolitres de vin par an doivent respecter la loi sur l’eau de 1992 qui a pour objet une gestion équilibrée de la ressource en eau mais aussi le code de l’environnement.

Les exploitations vinicoles produisant plus de 500 hectolitres par an sont considérées comme des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) et sont soumises à des réglementations viticoles spécifiques. Que ce soit directement dans le champ avec le nettoyage de la machine à vendanger, ou dans le chai lors du pressurage des grains, l’eau évacuée ne doit pas être trop chargée en matière organique car elle peut déséquilibrer le milieu. La consommation d’eau doit être limitée. En période de vendange et de vinification un relevé de consommation doit être fait si le débit est supérieur à 10 mètres cube par jour. De plus il faut limiter le nombre de points de rejets. Enfin il est nécessaire de faire des analyses pour mesurer les concentrations des différents polluants tous les trois ans.

Redevance pollution

En France, une fiscalité écologique est mise en place dans les 6 bassins de France. Les agences de l’eau collectent la redevance pollution et redistribuent une partie, sous forme d’aides ou de subventions. Ainsi en 2018 selon EauFrance (service public d’information sur l’eau) plus de 85 % du produit des redevances est redistribué sous forme d’aides sur le bassin Rhône-Méditerranée et Corse. Sur le bassin Seine-Normandie ce sont 103,8 millions d’euros d’aides pour la dépollution des rejets des activités économiques qui ont été distribués.

Des solutions de Pré-traitement des effluents vinicoles

Que ce soit pour les nouvelles constructions de cave ou la mise en conformité des chais, les exploitants doivent respecter un cahier des charges précis. Des entreprises comme Serinol mettent en place des solutions novatrices pour réduire l’impact environnemental.

Concernant l’eau consommée, il est essentiel d’effectuer un pré-traitement des effluents vinicoles pour faciliter les étapes en aval. L’entreprise Serinol dédiée à la conception et la construction d’équipements pour le prétraitement des eaux usées urbaines ou industrielles propose des solutions pour la gestion des effluents vinicoles. L’entreprise familiale est basée à Bram depuis plus de trente ans. Consciente de la charge règlementaire qui pèse sur les viticulteurs l’entreprise veut accompagner

« Nous avons une expertise reconnue dans le domaine vinicole. Nous sommes à l’écoute de nos clients et nous sommes capable de les conseiller pour répondre au mieux au cahier des charges et savoir dimensionner leurs projets. Notre entreprise, à taille humaine, possède un savoir-faire unique. »

Les équipements qu’elle propose sont conçus entre Toulouse et Carcassone. Pour cette étape de pré-traitement des effluents vinicoles elle recommande le tamis élévateur SERTEL qui est utilisé pour enlever les matières en suspension dans les eaux usées. C’est un appareil simple, capable d’extraire de grandes quantités de matières (baies, rafles, marcs) pour un très faible coût d’investissement et d’exploitation. Il est robuste, d’une longévité très élevée lorsque les opérations d’entretien ordinaire sont correctement effectuées.

Serinol-Solutions-et-équipement-de-traitement-des-eaux-problematique-Gestion-des-effluents-vinicoles-Tamis-Elevateur-Sertel
© Serinol - SERTEL Tamis Dégrilleur élévateur

« Nous avons plus de 600 machines installées en application vinicole, et de très bons retours d’expérience. Nous assurons de manière réactive, un service client de qualité. Notre SAV assure un accompagnement simple et personnalisé à nos clients.»

Le dégrilleur élévateur est la machine la plus demandée car elle simplifie le travail des opérateurs et assure un tamisage des effluents vinicoles efficace directement dans un canal d’amenée des effluents.

Il existe aussi le Tamis Rotatif SERTAM qui est placé au refoulement d’une pompe. Le tamis peut ainsi extraire les matières en suspension. La maille de la grille peut être affinée en fonction des besoins. Généralement la maille est de 1mm dans les exploitations vinicoles.

Les effluents vinicoles ainsi débarrassés des matières solides grossières pourront être traités, soit par stockage, filtration, épandage ou évacués vers une station d’épuration individuelle ou collective.

© Serinol - SERTAM Tamis Rotatif

Diminuer les risques, protéger notre terroir

Le meilleur moyen de ne pas polluer est bien sur de diminuer les volumes d’eau consommés. Les opérations de nettoyage (désinfection, détartrage..) représentent la majeure partie de la consommation. Une hygiène irréprochable est essentielle pour garantir la qualité du vin. L’amélioration des techniques de nettoyage par l’utilisation de produits adaptés à l’environnement, l’installation de matériel plus simple à nettoyer et l’utilisation de l’eau sous pression peut permettre de diminuer l’utilisation de l’eau.
Pour la fraction restante d’effluent, Serinol se tient à votre disposition pour étudier la meilleure solution de tamisage en fonction de votre site.

N’hésitez pas à nous solliciter:
Renseignements

Demande de devis équipement

Renseignements

Demande d'informations

Service après vente

Demande de pièces

Service après vente

Demande d'intervention